Accueil » Blog » Gérer sa communication en tant qu’auteur édité en maison d’édition

Gérer sa communication en tant qu’auteur édité en maison d’édition

La communication quand on est auteur indépendant est essentielle pour assurer une certaine visibilité, puis une notoriété. Mais qu’en est-il de la communication en tant qu’auteur édité en maison d’édition ? En quoi l’auteur a un rôle à jouer ? Je t’explique ça !

Gérer sa communication en tant qu’auteur édité en maison d’édition - banniere

La communication en tant qu’auteur édité : le rôle de la maison d’édition

Lorsqu’un·e auteur·ice signe son contrat d’édition, iel est assuré·e de plusieurs éléments, notamment de ne pas devoir gérer la promotion de son roman seul·e. Car, en effet, le rôle de la maison d’édition est d’assurer que le livre arrive bien dans les mains des lecteur·ice·s et pour ce faire, doit mettre en œuvre une stratégie de communication efficace. 

De nouveaux canaux de communication littéraires

Mais sur les réseaux sociaux, la course à la promotion est rude : #Bookstagram et #BookTok sont deux grands mouvements littéraires nés des divers confinements qui ont leurs qualités comme leurs défauts.

En mettant en avant ces hashtags, respectivement sur Instagram et sur TikTok, c’est des dizaines de milliers de livres qui sont mis en avant chaque jour. Une belle aubaine, comme une vraie foire pour les auteur·ice·s qui souhaitent sortir du lot. 

Une maison d’édition doit être en capacité d’utiliser ces canaux pour assurer la visibilité d’un livre. C’est aujourd’hui primordial de faire fonctionner les réseaux sociaux. C’est aussi un bon levier pour trouver des partenaires qui chroniqueront les romans et les mettront en avant pour leur communauté.

Mais la maison d’édition est-elle la seule à devoir mettre les bouchées doubles pour assurer la vente du livre ?

La maison d’édition fait jusqu’à 90 % du boulot. Mais le reste ?

En tant qu’auteur édité, je ne pense pas que la solution soit de compter à 100 % sur la maison d’édition. Oui, une maison d’édition doit faire le gros du travail, c’est normal, c’est son job après tout de faire la promotion du livre. 

Mais sur les réseaux, la durée de vie d’un livre est courte. Il suffit que la maison d’édition ait plus d’une dizaine de sorties par mois, tu comprendras que tu seras vite perdue dans la masse, aussi investie la maison d’édition est pour ton livre.

Et dans les petites maisons d’édition ? C’est pareil. Chez Le Labyrinthe de Théia, nous avons très peu de sorties annuelles, de 3 à 4 et nous essayons de consacrer 3 mois de communication minimum sur le roman qui vient de paraître. Mais tu comprendras qu’un premier roman verra sa visibilité diminuée dès que le prochain roman sortira et ainsi de suite. 

 

Une maison d’édition ne peut pas assurer la communication sur les réseaux sociaux à long terme pour un roman.

 

En revanche, la maison d’édition peut faire des salons, réaliser un dossier de presse, se mettre en relation avec des journalistes pour des articles et des interviews, faire appel à des chroniqueur·euse·s, continuer la promotion de fond loin des yeux des réseaux sociaux. 

Prendre en main les rennes de sa communication et de sa communauté

Néanmoins, il faut l’avouer : on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Si la communication prodiguée par la maison d’édition est un énorme coup de boost pour le livre, celle de l’auteur·ice peut aussi changer la donne. 

Comme je l’ai abordé, la durée de vie d’un livre est très courte sur les réseaux sociaux, encore plus avec les tendances #Bookstagram et #Booktok. Parfois, elle-même encore plus courte qu’en librairie (qui est de quelques jours à quelques semaines tant les arrivages sont nombreux). C’est là que l’auteur·ice intervient.

Je ne dis pas que la communication doit prendre tout le temps disponible à l’auteur·ice. Non, son boulot, c’est d’écrire, pas de passer des heures à faire un post Insta ou un TikTok. Néanmoins, ajouter une corde à son arc peut être bénéfique. Qui mieux que l’auteur·ice pour parler de son livre ?

Gérer sa communication en tant qu’auteur édité en maison d’édition, c’est pouvoir toucher sa propre communauté et non pas celle de la maison d’édition. C’est pouvoir être libre de partager les infos que tu le souhaites (tout en respectant les exigences de la ME bien sûr) autour de ton livre. C’est pouvoir poursuivre le travail de la ME en communiquant quand la ME ne peut plus le faire sur ses propres comptes sociaux. 

En bref, c’est toi qui prends les rennes de ta com et qui va jouer sur la viralité de ton roman. Tu vas aussi pouvoir créer un lien privilégié avec ton lectorat et en profiter pour augmenter ta notoriété. 

Faire vivre son livre au-delà des réseaux sociaux

Si les réseaux sociaux sont aujourd’hui importants dans la viralité d’une œuvre littéraire, on peut se demander si ce n’est pas dangereux d’y être dépendant. Comme il est dangereux de parier sur une maison d’édition pour assurer les ventes de son livre (qu’elle soit petite ou grand d’ailleurs), les réseaux sociaux sont éphémères et la communauté que tu construis dessus peut s’envoler du jour au lendemain.

Si tu prends en main ta communication en tant qu’auteur édité, tu peux aussi penser à d’autres canaux qui, peut-être, te plairont bien plus qu’un simple post Insta ou une vidéo TikTok. Il existe plein d’alternatives qui sont plus pérennes : 

  • un blog pour aborder tes expériences d’auteur·ice ;
  • un podcast pour parler de ton processus créatif ;
  • une newsletter pour révéler les coulisses de ton roman.

Ces médias t’appartiendront entièrement et te permettront une certaine liberté que tu ne trouveras pas toujours sur les réseaux sociaux. 

Alors, prêt·e à gérer ta communication en tant qu’auteur·ice édité·e ?

Je fais un dernier aparté suite au post Instagram qui a été publié en lien avec ce sujet.

Je ne parle que de la communication sur les réseaux sociaux. Une maison d’édition doit assurer la promotion d’un livre, même plusieurs années après sa sortie, via d’autres canaux. Blog, newsletter, interviews, salons, presse… Elle doit poursuivre la communication sur un livre et pas laisser l’auteurice tout prendre en main. Je donnais le cas des réseaux sociaux, car c’est la chose la plus simple qu’un·e auteur·ice peut réaliser pour faire vivre son livre. Ça ne lui coûte rien et ça alimente ses comptes sociaux. Mais soyons d’accord : la maison d’édition doit faire le plus gros du travail, toujours. 

Moi, c’est Elodie et je t’accompagne sur plusieurs domaines de communication : la construction de ton image de marque, ta stratégie de communication multi-canale et la rédaction de tes contenus web ! 

Elodie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.